« Dès l’instant où elles envisagent la lecture comme une possibilité de troquer l’étroitesse du monde domestique contre l’espace illimité de la pensée, de l’imagination, mais aussi du savoir, les femmes deviennent dangereuses.

En lisant, elles s’approprient des connaissances et des expériences auxquelles la société ne les avait pas prédestinées »


« Les femmes qui lisent sont dangereuses » Laure Adler & Stefan Bollmann