« Au plus fort de l’hiver, deux mois après le décès de leur père, son frère lui envoya le mail suivant:

Ma Noga,

Je préfère t’envoyer ce mail plutôt que de te téléphoner de crainte que tu ne me coupes, comme à ton habitude, avant même que je puisse aller jusqu’au bout. C’est pourquoi je te prie de le lire tranquillement, et jusqu’à la fin, avant de dégainer.

Je suis bien conscient que tu n’es pas convaincue que Maman accepte de quitter Jérusalem et d’emménager dans une maison de retraite médicalisée à Tel-Aviv, près de chez moi. Mais, si je ne peux pas te persuader du contraire, tu ne peux pas, non plus, m’ôter de l’idée que je puisse avoir raison. Je suggère donc que nous nous soumettions, tous deux, à l’épreuve de la réalité. »


« La Figurante » Avraham B. Yeoshua