« Max avait lu un jour dans un des livres de son père que certaines
images de l’enfance restent gravées dans l’album de l’esprit comme des
photographies, comme des scènes auxquelles, quel que soit le temps
écoulé, on revient toujours et que l’on n’oublie jamais. Max comprit le
sens de cette observation la première fois qu’il vit la mer. « 

« Le Prince de la Brume » Carlos Ruiz Zafon