« Zardjou mit la petite valise dans la voiture. Arezou se souvint de la première fois qu’elle avait vu le frère de Tahmineh. C’était à la sortie de l’école. Les deux mères attendaient leurs filles. Sohrab accompagnait la sienne. Il gardait les yeux rivés sur le porte-clef d’Arezou auquel pendait un petit sablier. Arezou avait insisté pour le lui offrir. Jusqu’à la place Azadi, seuls zardjou et Arezou échangèrent quelques mots. Ils évoquèrent leur enfance à Téhéran, les quartiers où ils habitaient: Shemiran pour elle, Baharestan pour lui; le lycée Alborz, le collège Jeanne d’Arc. Zardjou gara la Patrol dans une grande avenue. De son balai à long manche, le balayeur poussait la neige du trottoir vers le caniveau. Son survêtement orange paraissait plus vif dans la blancheur environnante »

« On s’y fera » Zoya Pirzad