« La pièce était une sorte de bibliothèque, dont les rayonnages, plutôt qu’en rangées parallèles, consistaient en des spirales enchevêtrées. Comme si les livres, à la manière de plantes grimpantes, s’étaient enroulés autour de larges piliers. Au-delà de cette disposition, qui formait une véritable jungle de reliures, le plus étonnant était que ces entrelacs de volumes semblaient dotés de vie. À chaque seconde qui s’écoulait, la tranche d’un livre changeait de couleur, comme une feuille qui aurait connu les quatre saisons dans la même expiration. Oswald s’approcha de l’une des colonnes de livres et nota que ce n’était pas seulement une affaire de couleurs : les mots sur les tranches se modifiaient aussi. En fait, cette bibliothèque était à l’image d’un système organique, où chaque livre aurait joué le rôle d’une cellule. »

« La seizième clé » Eric Senabre