« Comme à chaque équinoxe, le père Bertrand avait sorti sa collection de grigris et l’astiquait patiemment d’un petit chiffon doux imbibé d’une potion magique transmise par sa grand-mère : huile, vinaigre et sel, une recette qui avait l’avantage non négligeable de pouvoir finir en vinaigrette. La sorcellerie est une branche de la cuisine, disait d’ailleurs sa mère qui, elle, était plus douée en tourtes qu’en philtres. Le père Bertrand, comme chaque fois que ses figures féminines se rappelaient à son souvenir, se tourna pour saluer le petit autel familial qu’il avait installé près de la cheminée. Une simple boîte ornée de minuscules stèles de marbre, d’une bougie et de quelques fleurs fraîches. Une tradition qu’il avait découverte lors d’un voyage au Japon et qu’il avait adoptée. Depuis, chaque jour, il leur gardait quelques miettes de son repas en offrande et veillait à ce que la bougie soit toujours allumée. Aussi fut-il fort surpris de la trouver éteinte.
Quelque chose allait arriver. »

« Phalaina » Alice Brière-Haquet